Histoire

De Moisanes, vers 1100 la commune s’est appelée Moissanas (occitan) vers 1115 pour devenir Moissannes.

Moissannes aujourd’hui :

Le Conseil Général le portail des communes

Le Populaire du Centre la vie Locale

France Bleu Informations diverses

Période d’hiver
Période d’hiver

 

 

 

 

Moissannes hier :

Moissannes, chef-lieu de commune du canton de St Léonard a 2463 hectares de superficie et 708 habitants. Son altitude au-dessus du niveau de la mer est de 525 mètres à sa limite orientale.La cure de Moissannes était dans l’ancien archiprêtré de Bénévent. Cette église fut donnée au prieuré de Saint Léonard en 1191 par Sebrabd-Chabot, évêque de Limoges. Sa fête patronale était celle Saint Maurice, jadis de la Sainte Vierge et de saint Blaise. Le prieur de Saint-Léonard y a toujours nommé les curés, ainsi que le constatent des titres depuis 1559 jusqu’à la révolution. Vers la fin XVIII e siècle, on y comptait 800 communiants, environ 1067 habitants.
L’église a été construite à la fin du XII e siècle. Une chapelle seigneuriale a été ajoutée au XV e siècle, au flanc droit de l’édifice. A sa clef de voûte est un écusson portant une fleur de lis. Ce sont les armes de la famille du Maine, seigneur du Palland, avant 1567. Sur la porte extérieure de cette dernière, on voit un écusson chargé de trois chevrons. A l’intérieur sont plusieurs pierres tombales qui conservent aussi le même écusson à trois chevrons, et un autre portant une croix. Sur une autre ces deux écussons sont réunis en un seul, ce qui indique une alliance de ces deux familles.

Moisannes possède deux cloches. La plus grosse porte l’inscription suivante : « Sancte Maurici ora pro nobis. L’an mil CCCCC. XXXIX. » Pour dérober cette cloche au creuset révolutionnaire, en 1791, les habitants du lieu eurent l’idée de l’enfouir sous terre. Par ce moyen cette petite paroisse a pu garder deux cloches.Sur la seconde on voit l’inscription suivante : « Tibi soli Deo honor et gloria, Sancte Maurici, Santa Maria, ora pro nobis, M VCLXXV. »

Le 23 thermidor an IV (10 août 1796) eut lieu la vente comme bien national, des bâtimentss, jardin et dépendances du presbytère de Moissannes au sieur Jean Gay-Vernon, pour la somme de 990 francs (Archives de la Haute Vienne. Q.149, n° 238).

Maureil Dupommier, curé de Moissannes, donna sa démission en faveur du suivant en 1589.-Léonard Dumont, 1589.- Jean Joseph de Bruxelles, natif de Saint Léonard, fut nommé curé en 1758. En 1791, il refusa le serment de la constitution civile du clergé, et il ne fut pas, comme ses deux frères, traîné à Rochefort pour la déportation maritime, parce qu’il était sexagénaire ; il fut condamné à la prison perpétuelle. Au mois de janvier 1799, il succomba à l’âge de 70 ans. – Jacques Vidal, nommé en 1804, était encore curé de Moissannes en 1830, et était aidé par le curé de Champnéterie. – Jean Baptiste Mège, nommé le 8 septembre 1836. – Etienne Decoux, le 1er septembre 1837. – Jean- Baptiste Dupeyrix, le 28 juillet 1838.- Léonard Chaussat, le 18 décembre 1839. – Louis Booutet, le 17 août 1843. – Martial-Abdré Devillechabrol, en 1846. – Louis Valières-Vialex, en 1852. – Germain Barnabé, en 1902.- Jean Baptiste Chapeelle, en 1903.- Jean Gautayroux, en 1908.

Les villages de la commune de Moissannes sont :

L’Age, Brugièras, La Chaise, Les Coussières, Le Débat, Faye, Feytchaulet, Lavaud, Le Grand Lussat,, Le Petit Lussat, La Mareille, Le Mas Féty, Le Mourin, Le Palland (Bertrand du Mayne, chevalier, sieur du Palland en 1567, avait pour armes de gueules à la fleur de lis d’or. Ces armes sont à la clleff de voute de la chapelle seigneuriale de l’église. Guillaume-Joseph Des Maisons était seigneur du Pallant vers 1765. Ses armes sont d’argent au chesne de sinople, accosté de deux maisons de gueules, surmonté de deux étoiles de sinople en chef. )

La Ribière, Sourdieu, qui appartenait à la famille de Bruxelles en 1791. Vernon appartenant à la famille Gay de Vernon, dont les armes sont d’azur au chevron d’or accompagné de trois chaussetrappes d’argent 2 en chef et 1 en pointe.

Le Moulin de Vernon, Vialleville.
  (Source : Dictionnaire historique et géographique de la Haute Vienne)

 

Arrêté du 24 germinal an IX : L’administration de la commune de Moissannes est assurée par la mairie de la commune de Champnétery.

Au cimetière communal, tombe de Simon-François Gay de Vernon. Colonel du génie, il est nommé comman­dant en second et directeur des études à l’École poly­technique en 1804. Admis à la retraite en 1812, il sert ensuite dans la garde nationale, puis est promu adju­dant-commandant en 1813 et envoyé à Torgau (1813) en qualité de commandant d’armes où il sera fait pri­sonnier lors de la capitulation de cette place en janvier 1814. Créé chevalier (1808) puis baron de l’Empire (1811).

Source Wikipedia de Simon-François Gay de Vernon